À Fukushima, le départ de la torche olympique dans le silence et l’incompréhension

Jeudi matin, la flamme olympique a quitté le J-village, en grande pompe, dans la préfecture de Fukushima. Pour les autorités japonaises, donner le coup d’envoi du relais de la torche à cet endroit précis, était un message fort à destination de cette région sinistrée. La population locale, elle, continue pourtant de se sentir abandonnée et incomprise et n’a pas le cœur à la fête.

À Tokyo, la détresse des mineures privées de foyer –

Au Japon, où on a décrété l’état d’urgence en raison de la pandémie de coronavirus, enfants et adolescents en rupture familiale sont livrés à eux-mêmes et privés de foyer pour se confiner. Associations et tirent la sonnette d’alarme. « Au Japon, beaucoup d’enfants ne perçoivent pas leur maison comme un foyer réconfortant où ils peuvent se réfugier » , explique Yumeno Nito, 30 ans, fondatrice de l’ONG Colabo, dans une tribune publiée dans le Asahi Shimbun. Dans la situation actuelle, « ils sont plu

“Le monde va voir notre réalité” : Avant les JO, la population locale de Fukushima divisée

Le 26 mars, le relais de la torche olympique débutera au J-Village, situé dans la préfecture de Fukushima, à une vingtaine de kilomètres de la centrale nucléaire accidentée. Neuf ans après la triple catastrophe, les communautés locales qui sont toujours en voie de reconstruction, trouvent qu’il est encore un peu tôt pour faire la fête. “J’adore les jeux, je regarde chaque édition avec beaucoup de plaisir mais cette année, je ne serai pas euphorique, promet Akihiro Yoshikawa, ancien employé de T

À Tokyo, le revers du chantier exemplaire des Jeux Olympiques

Conditions de travail pénibles, pression, heures supplémentaires impayées, les ouvriers gardent un souvenir amer du chantier des nouvelles infrastructures. Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus . À cinq mois de l’ouverture des Jeux olympiques, le 24 juillet, Tokyo est salué pour son efficacité à sortir de terre les nouvelles infrastructures : le stade olympique de 1964 entièrement réaménagé pour accueillir 68 000 personnes, le ce
Load More Articles
Close

Subscribe to get sent a digest of new articles by Johann FLEURI

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.