Les Japonais s’opposent aux funérailles nationales de Shinzo Abe

Tokyo (Japon).– « Montrons au gouvernement que nous sommes décidés à dire non », scande la chanteuse et activiste, Keiko Ochiai, devant un parterre de 13 000 manifestant·es, rassemblé·es, lundi à Tokyo, pour s’exprimer contre les funérailles nationales de Shinzo Abe, ancien premier ministre du Japon, abattu en pleine rue le 8 juillet à l’âge de 67 ans. Depuis trois semaines, le cortège n’a fait que grandir et les rassemblements sont désormais quasi quotidiens.

Ryoko Tahara, figure emblématique de la lutte des femmes aïnoues – Gazette des femmes

Ryoko Tahara, 68 ans, se bat depuis des années pour la reconnaissance des droits des femmes aïnoues. Durant des siècles, les Aïnous, peuple premier d’Hokkaido, île septentrionale de l’archipel japonais, ont vécu avec leurs croyances, leurs rites, leurs traditions. Colonisés pendant l’ère Edo, ils ont été priés de devenir de « vrais Japonais ». Une discrimination qui dure encore aujourd’hui. « Les larmes coulaient sur mes joues, j’étais heureuse : c’est un jour que je n’oublierai jamais. » Ryoko

Avec Infostellar, Naomi Kurahara s’impose dans l’industrie spatiale

Lorsqu’elle co-fonde la start-up InfoStellar, Naomi Kurahara se lance un pari double : celui de s’imposer dans un secteur d’activité dominé par les hommes qui plus est dans un pays, le Japon, qui compte seulement 8% de femmes chefs d’entreprises. InfoStellar assure la communication et la transmission de données entre satellites, opérateurs et stations au sol : une activité de niche, particulièrement prometteuse avec le tourisme spatial. Interview.

Au Japon, elles dénoncent le règlement strict des écoles

Une large majorité des établissements scolaires japonais imposent un kôsoku, un règlement intérieur strict à leurs élèves. Du choix des vêtements à la coupe de cheveux, la liste de restrictions et d’interdictions peut être longue en fonction des écoles. Des voix s’élèvent aujourd’hui contre ces pratiques éducatives, jugées abusives. « Mes cheveux devaient être attachés en queue de cheval s’ils dépassaient mes épaules, explique Hatsune Sawada, 16 ans. Ma frange coupée au ras des sourcils. » Dans

Pandemic provides an opportunity to improve access to contraception

The founder of a youth movement advocating sexual and reproductive health and rights in Japan is on a mission to improve access to emergency contraception for women nationwide. Kazuko Fukuda, founder of Nandenaino (Why don’t we have it?), says the emergence of COVID-19 has raised the profile of gender issues in Japan, providing health organizations with a golden opportunity to push for increased education on women’s reproductive rights. “We’re getting more attention from the authorities than w

Japon : sur l'île d'Hokkaido, la fierté retrouvée du peuple aïnou

A la tombée du jour, les ombres jouent dans le bois qui surplombe le kotan d’Akan, hameau traditionnel aïnou sur les hauteurs de la ville d’Akanko. Kengo Takiguchi avance d’un pas décidé. Il passe d’une plante à une autre, énumérant, avec précision, les vertus et les croyances liées à chaque espèce. Un peuple vivant depuis des millénaires à Hokkaido L’homme de 39 ans, aïnou par sa mère, fait partie de ceux qui revendiquent haut et fort leur appartenance à ce peuple vivant depuis des millénaire

Japon : l'île de Sado, l'empire du théâtre nô

Tadao Hōri, 77 ans, manie le masque du personnage de la jeune femme, le onna-kei, avec une délicatesse infinie. «Par respect, on ne pose pas les doigts dessus.» Il le tient par les deux cordelettes qui se trouvent sur les côtés et le noue sur mon visage. Il me demande de regarder autour de moi lentement, sans mouvement brusque, pour « rester élégante ». La fente qui permet de voir est si étroite qu’elle me donne l’impression de regarder le monde à travers des persiennes. Je fais quelques pas en

Les seniors japonais contraints de rester au travail plus longtemps

Aujourd’hui, au Japon, un senior sur quatre continue de travailler au-delà de l’âge de la retraite. Pourquoi? Comment? La décision semble être davantage motivée par les difficultés financières que par une réelle envie de rester sur le marché du travail. Une espérance de vie record. Dans les alpes japonaises, où l'espérance de vie frôle les 81 ans pour les hommes et dépasse les 87 ans pour les femmes — soit le record de longévité de l’archipel—, Chikayoshi Gonda, 97 ans, travaille encore. Depuis

Tokyo 2020: expérimentation Covid extrême

Lorsque Tokyo fut désignée ville-hôte en 2013, les autorités ont rapidement parlé de «Jeux de la Reconstruction». Deux ans après le grand tremblement de terre du Nord-est, il s’agissait d’insuffler l’espoir. Tokyo 2020 serait la fête de la région cicatrisée du Tohoku. Une bouffée d’optimisme, pour certains. De l’orgueil mal placé face à un Japon toujours endeuillé, pour d’autres. Le Japon avait besoin d’un remontant, d’une lueur au bout du tunnel, me suis-je dit à l’époque.

Au Japon, les athlètes féminines en guerre contre les photos non consenties

Le Comité olympique japonais et des fédérations sportives de tout l’archipel ont entrepris de protéger les athlètes féminines, soumises depuis des années à l’exploitation abusive de photos d’elles, prises et diffusées sans leur consentement. Gros plans sur les fesses, l’entrejambe ou la poitrine, ces photos qui révèlent l’intimité des athlètes féminines sans leur consentement sont publiées dans les médias et sur les réseaux sociaux en toute impunité. Ces clichés sont souvent volés lorsqu’elles

JO de Tokyo : ces athlètes japonaises leaders d’opinion –

Égalité des sexes, mais aussi droits des LGBTQ+ et lutte contre les discriminations, les athlètes féminines japonaises sont de plus en plus nombreuses à vouloir faire entendre leurs voix. Elles s’affirment dans la parole publique et poussent ainsi la société tout entière à se remettre en question. « Être les premières à porter la flamme olympique, dans un contexte si difficile, c’est envoyer un message positif au monde », déclare Karina Maruyama, membre de l’équipe nationale de football Nadeshi
REUTERS

JO. Les Jeux olympiques « les moins désirés de l’histoire »

« Pourquoi doit-on accepter ces Jeux ? Nous demandons aux organisateurs de tout stopper ! », exige Yutaka Iimura, ancien ambassadeur du Japon en France. À seulement trois jours de la cérémonie d’ouverture de Tokyo 2020, un groupe composé de romanciers, d’un compositeur, de journalistes, d’universitaires et d’un diplomate demande au CIO, au Comité national japonais et aux autorités locales l’annulation des Jeux.
Load More Articles

Subscribe to get sent a digest of new articles by Johann FLEURI

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.